Logo4.png

L'importance de l'eau de boisson

 bouteilles-d-eau 2.jpg

L'eau est un constituant fondamental de la matière vivante, et représente 70% du poids du corps humain (chez l'adulte). Sa qualité va avoir une influence déterminante sur la santé.

 

 

 

Nous rejetons chaque jour:

* 1,5 litre par les urines (reins)

* 0,5 litre (au repos) par la transpiration (peau)

* 0,3 litre par la respiration (poumons)

* 0,2 litre par les selles (intestins)

Nous avons donc besoin d'un apport de 2,5 litres par jour:

--> 1 litre est apporté par les aliments (d'où l'importance de consommer fruits et légumes qui en contiennent)

--> 1,2 litre apporté par les eaux de boisson

--> 0,3 litre qui provient du métabolisme cellulaire

Certaines boissons sont peu hydratantes voire même déshydratantes: café, thé noir, sodas et limonades, et l'alcool.

 

Nous avons à notre disposition 3 types d'eau:

L'eau d'adduction (l'eau du robinet): elle vient principalement des cours d'eau, et accessoirement des nappes souterraines. Ces eaux sont traitées pour être rendue potables. La potabilité de l'eau est définie par une soixantaine de paramètres: organoleptiques (saveur, odeur, couleur..), physico-chimiques (température, pH, concentration en substances désirables, indésirables toxiques...), microbiologiques (présence de coliformes, streptocoques, staphylocoques...).

La potabilité étant acquise, l'eau du robinet est-elle pour autant bonne pour la santé? La Bio-électronique de Vincent nous en fait douter...

Découverte par Louis-Claude Vincent, la B.E.V. permet de mesurer objectivement à partir de 3 facteurs physiques connus, les micros-courants électromagnétiques de la vie permettant de définir un terrain biologique. Appliquée à l'eau, elle permet, au-delà des critères officiels d'en apprécier la qualité vitale.

Ces trois facteurs sont le pH, la résistivité et le potentiel d'oxydo-réduction (ou facteur d'électronisation). Selon la BEV, l'eau idéale est acide, réduite, et à forte résistivité. L'eau du robinet est alcaline, oxydée et à faible résistivité!

 

Les eaux de sources (l'eau en bouteille):

Elles sont soumises aux même critères de potabilité ques les eaux d'adduction. Elles sont exclusivement d'origine souterraine, microbiologiquement saines, et protégées contre les risques de pollution. Il leur est interdit d'annoncer d'éventuelles propriétés thérapeutiques, seules les eaux minérales ont ce privilège. Elle peuvent être appropriées pour les nourrissons, à conditions de contenir moins de 15 mg/litre de nitrates, et moins de 0,05 mg/litre de nitrites

Les meilleures eaux de source:

Rosée de la Reine (en magasin bio), Fontaine de la Reine (Leclerc), Montcalm, La Prime, Sylvana (en grandes surface), Eau de Source des Montagnes (Carrefour), Volcania (Leader Price).

 

Les eaux minérales:

Il y a une soixantaine de sources classées "eaux minérales" en France. L'appellation "minérale" ne fait pas référence à une quelconque minéralisation, mais au droit d'annoncer des propriétés favorables à la santé, qui ont fait l'objet d'une étude pharmacologique et médicale par l'Académie de Médecine, et dont l'exploitation est autorisée par arrêté du Ministère de la Santé. C'est pourquoi leur teneur en minéraux peut dépasser les seuils de potabilité fixés pour les autres eaux.

Les eaux fortement minéralisées sont à considérer commes des médicaments, il n'est donc pas forcément juste pour la santé de banaliser leur usage. En outre, il faut savoir que leurs propriétés thérapeutiques diminuent rapidement dès l'embouteillage par contact avec l'air (qui entraîne une oxydation), puis par le stockage (qui génère une floculation, c'est à dire une précipitation des minéraux). On se retrouve alors rapidement avec un excès de minéraux inassimilables (excepté pour le magnésium), qui vont surcharger l'organisme et occasionner un surcroît de travail pour les reins. Les eaux minérales ne sont utiles que consommées à la source, et sous forme de cures (c'est à dire sur un laps de temps restreint)

Les meilleures eaux minérales: Mont Roucous, Volvic, Vlavert.

 

Extrait de mon cours d'Hygiène Vitale par Michel Martigny, Naturopathe.

 

 

Partager